Very Mag Trip en Périgord Agenais, le magazine 247% #lifestyle !
247, c'est le #feelgood magazine des amoureux du bien-vivre à la périgourdine....
Le mot du jour : #plaisir
  logo
logo  
#

Premiers frissons vignerons – Partie 1

On ne naît pas toujours vigneron. La vocation surgit parfois bien plus tard, à la faveur de réminiscences ou de rencontres signifiantes. Comment ont-ils su que c’était ce qu’ils voulaient, ce qu’ils devaient faire ? Six vignerons et vigneronnes du vignoble de Bergerac et Duras reviennent avec nous sur leur parcours et nous éclairent sur ce qui a motivé leur entrée en viticulture.

Liliane, Château Vieux Touron

Premier émoi

Liliane se souvient du terrible hiver 1956. « J’avais 10 ans. Le froid avait causé sur la vigne d’importants dégâts. Résilience et travail acharné ont permis à mes parents de surmonter cette épreuve. Cela m’a beaucoup marquée et fait prendre conscience de la dureté du métier ».

Le déclic

« En 1981, lorsque je suis allée voir le banquier, j’ai été accueillie pour le moins… froidement. En grande partie parce que j’étais une femme. Mais je me suis accrochée ! ». Aujourd’hui, elle est fière du domaine de 10 hectares qu’elle a créé.

Les guides

Son père était amateur de vin et l’a initiée. Les femmes de la famille ont été aussi une source d’inspiration. « Pendant la guerre, elles ont fait tourner l’exploitation sans homme. Mon père était garagiste de formation. Les vignes venaient de ma mère, c’est elle qui lui a appris le métier ».

 

Château Vieux Touron

Vins de Bergerac et Monbazillac
Liliane Gagnard
Lieu-dit Vieux Touron
24240 MONBAZILLAC
05 53 58 21 16
liliane.gagnard@sfr.fr
Site web

Sophie et Gaël, Domaine de Grimardy

Premier émoi

Les parents de Sophie et Gaël n’étaient pas vignerons, mais leurs grands-pères respectifs possédaient une petite vigne pour leur consommation personnelle. « Je me souviens des vendanges, de l’odeur de la cave et du vin lorsqu’on le tirait au tonneau. Je me disais petite que plus tard, j’aurais une vigne comme mon pépé ! ».

Le déclic

Devenus adultes, leur curiosité pour l’univers du vin grandit, mais c’est une autre carrière qu’ils embrassent : ingénieur en électronique puis enseignant pour Gaël, animatrice dans un Parc Naturel Régional pour Sophie. « À l’époque, je pensais que pour devenir vigneron, il fallait que sa famille le soit aussi ». Gaël et Sophie se rencontrent, fondent une famille… et comme leurs grands-pères avant eux, font l’acquisition d’une petite parcelle de vigne en Charente. Ils se prennent au jeu, et dans le même temps, commencent à s’ennuyer dans leurs métiers respectifs.

« Et si on devenait vignerons ? ». Qu’à cela ne tienne ! Sophie passe un BTS viti-oeno, tandis que Gaël suit une formation en mécanique agricole et décroche un WSET [ndlr : Wine and Spirit Education Trust]. Ils se mettent en quête d’un domaine viticole. En 2020, ils jettent leur dévolu sur le Domaine de Grimardy. « Nous aimions les vins de Bergerac. Mais ce qui a réellement fini de nous séduire, c’est la beauté des paysages et le terroir de Montravel ».

Les guides

Sophie a été initiée par son père. « Il avait un vrai intérêt pour le vin. Le week-end il ouvrait souvent de belles bouteilles ». Gaël de son côté a appris à déguster avec sa tante, grande amatrice de vin.

 

Domaine de Grimardy

Vins de Bergerac et Montravel
Sophie Der Mikaelian et Gaël Valet
270 Impasse du buisson
24230 MONTAZEAU
06 50 57 59 94
domaine.grimardy@gmail.com
Site web
Facebook
Instagram

François, Clos Bonnefare

Premier émoi

« Petit, j’accompagnais mon grand-père à la cave de Técou dans le vignoble de Gaillac. Il achetait du vin en vrac et le mettait en bouteille pour sa consommation quotidienne. J’aimais beaucoup l’aider ».

Le déclic

Devenu adulte, sa curiosité pour le vin grandit. Il prend des cours de dégustation, se constitue petit à petit une cave. Après 10 ans dans l’audiovisuel, il réfléchit à une reconversion. « Je voulais travailler sur quelque chose de concret, de rationnel. C’est ce que le vin représentait pour moi. Alors j’ai passé un BTS viti-oeno ». Après différentes expériences dans des châteaux du Bordelais, il décide de partir un an vinifier à l’étranger (Nouvelle-Zélande, Oregon). À son retour en 2008, c’est la crise financière et trouver du travail devient compliqué. Il accepte un poste de conseiller d’entreprise à la Chambre d’Agriculture. « C’est un travail qui me permet d’avoir du temps pour développer des projets personnels à côté. Notamment celui de devenir vigneron ». Ce qui était de l’ordre du fantasme lorsqu’il a passé son BTS allait enfin se concrétiser. François se met en quête de parcelles. Il arrête son choix sur 1 hectare de vigne sur le joli plateau de Lamothe-Montravel. En 2011, à presque 50 ans, François donne naissance à ses premières cuvées et réalise ainsi son rêve de devenir vigneron.

Les guides

« Mon père et mon oncle, des amateurs éclairés abonnés à la Revue du Vin de France ! ».

 

Clos Bonnefare

Vins de Bergerac et Montravel
François Jaurou
Bonnefare
24230 SAINT-MICHEL-DE-MONTAIGNE
06 85 76 61 53
closbonnefare@gmail.com
Facebook

Retrouvez la deuxième partie de cet article en bas de la page !

Texte Alexandrine Bourgoin

Photos Loïc Mazalrey

Ecrire un petit mot...
Commentaires

7793
Likes
225
Followers
54
Pins
56
Vues

Suivez-nous sur
Instagram

 

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. Plus d'infos sur www.mangerbouger.fr